28/09/2016

Mercredi 28 septembre 2016

Jésus montait  vers Jérusalem. En cours de route, un homme lui dit : ‘Je te suivrai où tu iras.’

Jésus répondit : ‘Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête.’

Il dit à un autre : ‘Suis-moi.’ L’homme répondit : ‘Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père.’

Mais Jésus répliqua : ‘Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le Règne de Dieu.’

Un autre encore lui dit : ‘Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison.’

Jésus lui répondit : ‘Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière, n’est pas fait pour le Royaume de Dieu. Luc 9,57-62.

IMG_2835.JPGOffre d’emploi. Durée illimitée. Pas de condition d’âge, de sexe, d’expérience, de qualification. Toutes les candidatures sont retenues.

Confort matériel non garanti. Détachement conseillé. Liens au passé rompus. Une vie nouvelle s’offre à vous. Place à l’initiative. Accomplissement personnel global assuré.

Mission : annoncer l’Evangile.

Gratification : paix, joie, bonheur, liberté.

Pour plus d’informations : Matthieu 5,3-12. Marc 6,7-13. Jean 8,32 ; 14,27 ; 15,11.

Nombreux témoignages : Marc 1,16-20 ; 1,45 ; 2,12 ; 5,42 ; 7,36 ; 8,25 ; 10,52.

Après méditation, donnez votre accord dans la prière. Il sera répondu à toute démarche par une prise de conscience de l’ajustement au projet de Dieu.   

 Si vous aussi vous souhaitez témoigner, votre commentaire est le bienvenu et il peut éclairer le discernement d’autres candidats.

00:00 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2016

Mardi 27 septembre 2016

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il allait à Jérusalem.

Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : ‘Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ?’

Mais Jésus se retourna et les réprimanda. Et ils partirent pour un autre village. Luc 9,51-56.

004.JPGL’inquisition n’est pas loin. Et les croisades aussi. L’excommunication est une menace. Le jugement est un danger. La remontrance est une intimidation…

La puissance de ceux qui possèdent la vérité. L’autorité de ceux qui refusent la contradiction. La force de ceux qui détiennent le pouvoir.

Arrogance de la fonction. Supériorité du savoir. Impertinence de la domination.

Jésus se retourna et les réprimanda.

00:00 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2016

Lundi 26 septembre 2016

Une question se posa dans l’esprit des disciples : Lequel, parmi eux, pouvait être le plus grand ?

Jésus, voyant la question qu’ils se posaient, prit un enfant, le plaça près de lui, et leur dit : ‘Celui qui accueille en mon nom cet enfant, c’est moi qu’il accueille ; et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. Car le plus petit d’entre vous tous, c’est lui qui est grand.’

Alors Jean, l’un des Douze, prit la parole : ‘Maître, nous avons vu quelqu’un chasser les esprits mauvais en ton nom, et nous avons voulu l’en empêcher, parce qu’il n’est pas de ceux qui te suivent avec nous.’

Mais Jésus lui dit : ‘Ne l’empêchez pas. Car celui qui n’est pas contre vous est pour vous.’  Luc 9,46-50.

001.JPGQui est le plus grand ? Les mains se lèvent. Moi ! Moi ! A cause de mon grade. A cause de ma fonction. A cause de mon savoir. A cause de ma richesse.

Les autres sont humiliés. Abaissés. Mortifiés.

Le disciple ressemble à l’enfant. Présence discrète. Paroles authentiques. Regard transparent. Disponibilité constante. Geste fraternel.

Le plus petit permet aux autres de grandir dans l’amour. Il nous apprend l’accueil et la tolérance. Il n’est pas dominateur ni revanchard. Son amour est spontané, fidèle, généreux, inconditionnel.

L’enfant nous prend la main et nous conduit au bonheur.

09:51 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |