29/11/2016

Mardi 29 novembre 2016

Jésus, exultant de joie sous l’action de l’Esprit Saint, dit : ‘Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté.

Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.’

Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : ‘Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.’  Luc 10,21-24.

003.JPGLes petits ont entendu la parole. Elle a parlé à leur cœur. Elle a été accueillie. Sans réserves. Sans restrictions. Avec joie. Avec enthousiasme.

La parole les a façonnés. Elle les a travaillés. Leur vie a été transformée. Leur existence a trouvé un sens. Ils ont compris que Dieu est l’accès à leur être. Dieu est le chemin pour l’accomplissement de l’homme. Dans le don de lui-même. Dans la générosité. Dans la fraternité. Dieu est la richesse des dépossédés. Dieu est la paix des angoissés. Dieu est la justice des méprisés. Dieu est la grandeur de l’homme.

Non pas le refuge des faibles. Non pas la consolation des découragés. Non pas l’abri des timides. Mais la force de l’homme debout, engagé, responsable, bâtisseur d’un monde nouveau.

06:38 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Lundi 28 novembre 2016

Jésus était entré à Capharnaüm ; un centurion de l’armée romaine vint à lui et le supplia : ‘Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement.’ Jésus lui dit : ‘Je vais aller le guérir.’ Le centurion reprit : ‘Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres : je dis à l’un : Va, et il va, à un autre : Viens, et il vient, et à mon esclave : Fais ceci, et il le fait.’

A ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : ‘Vraiment, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l’Orient et de l’Occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux.’  Matthieu 8,5-11.

Dis seulement une parole. Une parole suffit. Pas de discours. Pas de sermon.

Une parole comme un souffle. Comme une respiration. Une parole chargée d’amour. Une parole qui crée. Une parole qui ressuscite. Une parole qui rend présent celui qui l’émet et le rend efficace.

Nous avons besoin d’une parole qui nous relève. Qui nous éveille. Qui nous reconnaît. Une parole qui nous remet en marche. Qui nous fait confiance. Qui nous fait vivre.

‘Lève-toi et marche !’ Marc 2,9.

06:29 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dimanche 27 novembre 2016

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : ‘L’avènement du Fils de l’homme ressemblera à ce qui s’est passé à l’époque de Noé. A cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche. Les gens ne se doutaient de rien, jusqu’au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme.

Deux hommes seront aux champs ; l’un est pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin : l’une est prise, l’autre laissée.

Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.

Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.

Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas, que le Fils de l’homme viendra.’ Matthieu 24,37-44. 

On mangeait. On buvait. On se mariait. La survie est assurée. Elle est réglée. Elle est assumée. On n’attend rien d’autre. On n’attend plus rien.

Pourtant Dieu est à l’œuvre. Dieu travaille son peuple. Dieu suscite une renaissance. Dieu veut construire un avenir. A partir d’un petit peuple. Un peuple resté en éveil.

Alors que nous sommes indifférents. Alors que nous sommes somnolents. Alors que nous sommes sans attente, sans désir, sans projet, Dieu lui-même vient à notre rencontre. Dieu nous attend. Dieu sollicite notre consentement. Dieu attend notre ‘oui’ de disciple.

Chaque pas vers Dieu est un éveil de nous-mêmes. Un éveil de nos capacités d’aimer. Un éveil qui nous sort de nos rêves. Un éveil à la vie.

Nous retrouvons notre destinée d’hommes et de femmes engagés, responsables, témoins de l’Evangile. Eveillés, nous devenons des éveilleurs de bonté et de générosité.

Dieu vient. Dieu est présent.

06:24 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |