31/03/2017

Vendredi 31 mars 2017

Jésus parcourait la Galilée ; il ne voulait pas circuler en Judée parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. Or, la fête juive des Tabernacles approchait. Quand ses frères furent montés à la fête, il y monta, lui aussi, mais comme en secret, sans se faire voir.

Des gens de Jérusalem disaient : ‘N’est-ce pas celui qu’ils cherchent à faire mourir ? Le voilà qui parle ouvertement, et ils ne lui disent rien ! Les chefs auraient-ils vraiment reconnu qu’il est le Messie ? Mais celui-ci, nous savons d’où il est, tandis que le Messie, quand il viendra, personne ne connaîtra d’où il est.’

Jésus enseignait alors dans le Temple ; il s’écria : ‘Oui, vous me connaissez et vous savez d’où je suis. Cependant je ne suis pas venu de moi-même ; mais celui qui m’a envoyé est véritable, et vous, vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais, parce que je viens d’auprès de lui et que c’est lui qui m’a envoyé.’

Ils cherchaient alors à l’arrêter ; mais personne ne porta la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue. Jean 7,2.10.14.25-30.

Le témoin devient gênant. Alors on l’ignore. Ou on le contredit. Ou on l’agresse. Ou on l’élimine. A cause de sa sincérité, de sa candeur, de son humilité.

Les autres sont tellement plus forts, plus conquérants, plus séduisants. Et les valeurs évangéliques leur paraissent si dépassées, si obsolètes, si dérisoires…

Il arrive un jour où Dieu est reconnu et accepté. Alors la vie change. L’Evangile devient la référence et le guide.

Espérons qu’il ne soit pas trop tard.

00:00 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/03/2017

Jeudi 30 mars 2017

Jésus disait aux Juifs : ‘Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. C’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai.

Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean et il a rendu témoignage à la vérité. Pour moi, je ne reçois pas le témoignage d’un homme ; si je parle ainsi, c’est pour votre salut. Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu jouir un instant de sa lumière.

Mais pour moi, j’ai un témoignage meilleur que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; ces œuvres mêmes que je fais me rendent ce témoignage que le Père m’a envoyé. Le Père qui m’a envoyé, lui, me rend témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et sa parole n’habite pas en vous, puisque vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé.

Vous scrutez les Ecritures, dans lesquelles vous pensez avoir la vie éternelle ; or, ce sont elles qui me rendent témoignage ; et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! La gloire, je ne la tiens pas des hommes. D’ailleurs je vous connais : l’amour de Dieu n’est pas en vous. Je suis venu au nom de mon Père et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là vous le recevrez.

Comment pourriez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, mais la gloire qui vient du seul Dieu vous n’en avez nul souci ? Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai auprès du Père. Votre accusateur sera Moïse, en qui vous mettez votre espoir. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; car c’est de moi qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ?’ Jean 5,31-47.

Notre témoignage est inexistant. Il est fade. Il est mou. Il est tiède. Il est inconsistant.

Peut-être est-ce parce qu’il se limite à des pratiques rituelles ? Peut-être est-ce parce qu’il est étouffé par l’accomplissement du devoir ? Peut-être parce qu’il s’endort sur la satisfaction des mérites et des vertus ?

Le témoignage de l’Evangile est un choix, une décision, un engagement volontaire de toute une vie. Il rend Dieu présent et agissant. Et il apporte la paix et la joie.

06:23 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mercredi 29 mars 2017

… Il [Jésus] reprit donc la parole : ‘Oui, vraiment, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même sinon ce qu’il voit faire au Père. Ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et il lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres encore plus grandes que celles-ci, si bien que vous serez dans l’étonnement. De même en effet que le Père ressuscite les morts et leur donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Car le Père ne juge personne : tout le jugement, il l’a remis au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé.

Oui, vraiment, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé possède la vie éternelle ; il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

Oui, vraiment, je vous le dis : l’heure vient et c’est maintenant, où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. De même que le Père a la vie en lui, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir la vie en lui ; et il lui a donné le pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme…’ Jean 5,17-30.

Jésus inaugure une nouvelle relation avec Dieu. Une réelle complicité. En agissant comme Dieu. En annonçant sa Parole. En accomplissant sa volonté. En témoignant l’Evangile au quotidien.

Nous portons la vie de Dieu en nous. Une capacité d’amour désintéressé. Un potentiel de bonté inconditionnelle. Une puissance de tendresse à offrir.

Le disciple ressemble à son maître. Et il partage sa joie.

06:18 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |