03/07/2017

Dimanche 2 juillet 2017

Jésus disait à ses disciples : 10.37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi; 38 celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi.

39 Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera.

40 Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé.

41 Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste.

42 Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense.’ Matthieu 10,37-42.

Ces paroles nous heurtent. Alors on s’en est servi pour faire l’éloge des missionnaires, des prêtres, des religieux et des religieuses. Une vie héroïque assortie d’une récompense…

Enfants et adolescents, nous avons grandi sous l’autorité des parents. Trop jeunes pour décider. Trop jeunes pour nous affranchir. Trop jeunes pour être autonomes. Nous pensions par nos parents. Nous agissions selon leurs directives. Nous imitions leurs manières de vivre.

Peu à peu, nous avons pris nos distances. Nous avons émis nos idées. Nous avons fait des choix. Nous avons pris nos décisions. Nous avons conçu nos projets. Nous avons assumé nos erreurs et nos échecs. Nous nous sommes réjouis de nos réussites et de nos succès. Nous avons quitté nos parents pour vivre notre vie d’adultes. Nous avons conquis notre autonomie pour nous accomplir. Nous avons saisi notre liberté pour nous réaliser.

Devenir disciple de Jésus, c’est un choix. C’est un discernement. C’est une décision. C’est un engagement. C’est une responsabilité. C’est une fidélité. Avec tout ce que nous sommes. Avec tout ce que nous avons reçu. Avec tout ce que nous avons vécu. Avec nos forces et nos faiblesses. Avec nos fragilités et notre vulnérabilité. Avec nos doutes et nos certitudes. Avec nos connaissances et nos expériences. Avec notre vie d’homme et de femme insérée dans un environnement. Dans la banalité d’un quotidien.

C’est bien là que nous devenons disciples de Jésus et témoins de l’Evangile. Sans un regard en arrière. Sans nostalgie du passé. Sans regrets et sans culpabilité. Homme et femme pour un monde nouveau. Un monde fraternel, toujours à construire.

14:56 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.