11/07/2017

Lundi 10 juillet 2017

9,18Tandis que Jésus leur adressait ces paroles, voici, un chef arriva, se prosterna devant lui, et dit : ‘Ma fille est morte il y a un instant; mais viens, impose-lui les mains, et elle vivra.’

19Jésus se leva, et le suivit avec ses disciples.

20 Et voici, une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans s'approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement.

21Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie.

22Jésus se retourna, et dit, en la voyant : ‘Prends courage, ma fille, ta foi t'a guérie.’ Et cette femme fut guérie à l'heure même.

23Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef, et qu'il vit les joueurs de flûte et la foule bruyante, 24il leur dit : ‘Retirez-vous; car la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort.’ Et ils se moquaient de lui.

25Quand la foule eut été renvoyée, il entra, prit la main de la jeune fille, et la jeune fille se leva.

26Le bruit s'en répandit dans toute la contrée. Matthieu 9,18-26.

La jeune fille est morte. La femme aussi va mourir.

Nous sommes confrontés à la mort. Un jour ou l’autre. Nous-mêmes ou un de nos proches. La mort s’impose à nous. Tragique. Brutale. Imprévisible.

Face à la mort, nous sommes impuissants. Pourtant, nous avons le désir de vivre. Nous avons une espérance de vie. Nous voulons traverser, renverser, détruire tous les obstacles à la vie.

Pour Jésus, les retours à la vie sont planifiés en trois étapes : croire, se lever et suivre le maître (devenir disciple).

Le retour à la vie physique des deux femmes signifie le retour à la vie de tout ce qui est mort ou mourant en nous.

La foi nous donne l’énergie nécessaire pour nous lever, pour nous mettre debout, pour nous mettre en route.

Relisons l’Evangile et découvrons la force qui nous soulève. La volonté qui nous pousse en avant. L’homme redevient Homme, en marche vers son accomplissement.

16:09 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.