26/07/2017

Mercredi 26 juillet 2017

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison et s’était assis au bord du lac. De grandes foules se rassemblèrent auprès de lui, c’est pourquoi il monta dans une barque et s’y assit, tandis que la foule se tenait sur le rivage. Et il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles.

Il leur disait : ‘Voilà que le semeur est sorti pour semer.

Comme il semait, des grains tombèrent au bord du chemin, et quand les oiseaux sont venus, ils les ont mangés.

D’autres tombèrent sur le sol pierreux où il n’y avait pas beaucoup de terre, et aussitôt ils levèrent, parce qu’ils n’avaient pas beaucoup de profondeur de terre, mais quand le soleil se fut levé, ils brûlèrent et, faute de racine, ils se desséchèrent.

D’autres tombèrent dans les épines ; les épines ont grandi et les ont étouffés.

D’autres enfin tombèrent sur de la bonne terre, et ils ont donné du fruit, tantôt cent, tantôt soixante, et tantôt trente.

Celui qui a des oreilles, qu’il entende !’ Matthieu 13,1-9.

Pour le semeur, chaque grain est important. Il est porteur de vie. Il est porteur d’une promesse, celle d’un épi chargé de blé.

Fort de cette confiance, il sème à tout vent. Avec générosité. Avec le risque de la perte, du gaspillage, de l’erreur.

L’amour est ainsi. Il en faut beaucoup. Il faut oser. Il faut s’exposer. Nous ne savons pas quel sera l’accueil. Nous ne connaissons pas l’intégrité, la loyauté, la sincérité de l’autre. Nous pouvons être trompés, abusés, escroqués.

Mais l’amour peut aussi être reçu, estimé, apprécié. L’amour peut aussi grandir. Il peut s’étendre. Il peut se multiplier. Il peut éveiller et susciter d’autres amours. Il finira par construire la fraternité.

Dieu est le semeur d’amour persévérant et généreux.

 

---------------

 

Suggestion

 

  • Choisir un extrait de l’Evangile. Court. Connu ou non ;
  • Etablir le plan : introduction – dialogues – actions – conclusion ;
  • Repérer les intervenants. Leurs attitudes. Leurs paroles ;
  • Se laisser interpeler par un mot, un verset… ;
  • Mettre sa vie en relation avec le texte ;
  • Découvrir le résultat : un éclairage, un changement, une nouveauté, une compréhension, une motivation, un sens… ;
  • Faire silence en conservant la présence du texte et son écho en nous-mêmes ;
  • S’abandonner au travail de la Parole en nous ;
  • Relire le texte et le garder pour s’y référer plus tard.

15:44 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.