08/09/2017

Lundi 4 septembre 2017

Jésus vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.

On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : ‘L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.’ [Isaïe 61,1-2].

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.

Alors il se mit à leur dire : ‘Cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.’

Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : ‘N’est-ce pas là le fils de Joseph ?’

Mais il leur dit : ‘Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même ; nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !’

Puis il ajouta : ‘Vraiment, je vous le dis, aucun prophète n’est bien reçu dans son pays…’

A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. Luc 4,16-30.

La Parole n’est pas destinée à demeurer dans un livre. Elle doit être annoncée, transmise, proclamée. Mais elle ne devient réelle, vivante et agissante que dans le vécu du prophète.

Le prophète est non seulement porte-parole, mais aussi témoin authentique. Parole incarnée. Parole devenue action. Parole féconde.

Nous sommes habités par la Parole. Elle est bien présente en nous, mais souvent bâillonnée, muette. Nous l’ignorons. Nous sommes sourds. Parole étouffée par les bruits du monde. Parole oubliée par nos distractions. Parole discréditée par notre arrogance.

La Parole a besoin de silence pour s’exprimer. Elle a besoin de disponibilité pour agir. Elle a besoin de bienveillance pour être efficace.

Evangile, Parole de Vie.

15:18 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.