08/09/2017

Mardi 5 septembre 2017

Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et, le jour du sabbat, il enseignait. On était frappé par son enseignement parce qu’il parlait avec autorité.

Dans la synagogue, il y avait un homme possédé par l’esprit d’un démon mauvais ; il se mit à crier d’une voix forte : ‘Va-t’en ! Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint de Dieu.’

Jésus le menaça : ‘Silence ! Sors de cet homme !’

Le démon le jeta au milieu de l’assistance, et sortit de lui sans ne lui avoir fait aucun mal.

Tous furent saisis de frayeur ; et ils se disaient entre eux : ‘Quelle est donc cette parole, pour qu’il commande avec autorité et puissance aux esprits mauvais, et qu’ils sortent ?’

Et sa réputation se propageait partout dans la contrée. Luc 4,31-37.

Langue de vipère !’ ‘Tu craches ton venin !’

Silence !

Jésus le fait taire. Il met une barrière au flot de paroles mauvaises. Il met fin à l’arrogance de la médisance et de la calomnie, du mensonge et de la perversité.

Nous sommes possédés du même démon quand nous déformons la vérité. Quand nous condamnons l’innocent. Quand nous méprisons le faible. Paroles mauvaises en notre bouche.

Une parole bonne fait renaître. Elle guérit. Elle fait revivre. Elle remet debout.

Si nous ouvrons la bouche, faisons en sorte que notre parole vaille plus que notre silence.

15:29 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.