29/10/2017

Lundi 23 octobre 2017

Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : ‘Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage.’

Jésus lui répondit : ‘Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ?’

Puis s’adressant à la foule : ‘Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses.’

Et il leur dit cette parabole : ‘Il y avait un homme riche dont les terres avaient beaucoup rapporté. Il se demandait : Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte. Puis il se dit : Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.

Alors je me dirai à moi-même : Tu as des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, profite de la vie.

Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’

Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. Luc 12,13-21.

L’abondance des biens crée un rempart qui dissimule la vérité et le sens de la vie. Fausse protection. Abri illusoire.

La richesse est dans l’amour. L’amour de Dieu. L’amour du prochain.

Chaque geste de bonté et de fraternité porte la trace du divin. L’homme qui grandit en humanité répond au projet de Dieu.

Les biens qui sont entre nos mains ne nous appartiennent pas. Ils nous sont confiés. Afin que, par notre intelligence et par notre générosité, ils puissent servir nos frères.

Tant de nourriture produite pourrait être partagée. Tant d’immeubles inoccupés pourraient abriter les plus pauvres. Tant de besoins humains pourraient être comblés.

Nous sommes riches. Nous sommes très riches. Mais les pauvres sont de plus en plus nombreux et de plus en plus démunis.

Paradoxe de notre société. Contradictions de nos politiques. Scandale de notre monde.

19:17 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.