12/11/2017

Mercredi 8 novembre 2017

De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : ‘Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix et ne marche pas à ma suite, ne peut pas être mon disciple.

Quel est celui d’entre vous, qui veut bâtir une tour, et qui ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car s’il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui : Voilà un homme qui commence à bâtir et qui ne peut pas achever !

Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi, et qui ne commence pas par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui vient l’attaquer avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander la paix.

De même, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens, ne peut pas être mon disciple.’  Luc 14,25-33.

Il est long le chemin qui conduit à Dieu. Notre chemin intérieur est semé d’obstacles à franchir.

Osons nous libérer de toutes ces fausses sécurités. De ces possessions qui nous consolent. De ces certitudes qui nous paralysent.

Nous avons programmé notre avenir. Nous avons constitué des réserves. Nous suivons l’évolution dictée par les médias. Nous nous abandonnons au conditionnement de la publicité. Nous jouissons d’un pouvoir dans la société. Nous exposons des signes de richesse. Nous sommes satisfaits du pouvoir que nous imposons…

Osons le détachement. Osons la pauvreté. Osons la simplicité. Osons l’abandon. Osons la confiance.

Notre liberté est à reconquérir. Notre joie est à retrouver. Activons le meilleur de nous-même qui est enfoui en nous.

18:15 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.