09/12/2017

Lundi 4 décembre 2017

Jésus était entré à Capharnaüm ; un centurion de l’armée romaine vint à lui et le supplia : ‘Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement.’ Jésus lui dit : ‘Je vais aller le guérir.’ Le centurion reprit : ‘Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres : je dis à l’un : Va, et il va, à un autre : Viens, et il vient, et à mon esclave : Fais ceci, et il le fait.’

A ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient : ‘Vraiment, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis, beaucoup viendront de l’Orient et de l’Occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux, tandis que les héritiers du Royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents.’

Et Jésus dit au centurion : ‘Rentre chez toi ! Qu’il te soit fait comme tu as cru.’

Et le serviteur fut guéri à cette heure-là.  Matthieu 8,5-11.

Une simple parole pour guérir. Une unique parole pour apaiser la souffrance.

Nous avons ce pouvoir. Nous avons cette capacité. Les mots justes. L’expression de la bonté. La force de la bienveillance. La puissance de la générosité. L’efficacité de la compassion.

Heureux celui qui croit à l’action de Dieu. Heureux celui qui partage le projet de Dieu. Heureux celui qui s’abandonne au travail de Dieu.

Le serviteur fut guéri à cette heure-là...

09:20 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.