06/01/2018

7 janvier 2018

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : ‘Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui.’

En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils répondirent : ‘A Bethléem en Judée, ce qui est écrit par le prophète : ‘Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera berger d’Israël mon peuple’.’[Michée 5,1 et 2 S 5,2].

Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : ‘Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui.’ Sur ces paroles du roi, ils partirent.

Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Matthieu 2,1-12.

Ils sont venus de loin, de très loin. Ils ont marché. Traversé les déserts. Franchi les montagnes. Dévalés dans les plaines. D’Est en Ouest. Entre les limites du monde.

Pèlerins des temps anciens. Il a suffi d’une étoile. Il a suffi d’une lueur. Il a suffi que leur cœur s’embrase. Et ils se sont mis en route. Lentement. Patiemment. Courageusement. Ils suivaient l’étoile. Lumière intérieure qu’on ne peut éteindre.

Ils emportaient avec eux leurs biens les plus précieux. Tout ce qu’ils possédaient. Une valeur inestimable. Parce qu’ils pensaient : Qu’importe tout cela. Quand on a trouvé l’essentiel. Quand on a trouvé l’enfant en nous.

Pèlerinage parsemé d’épreuves aussi. Quand la foi faiblit. Quand la lumière baisse. Quand les braises noircissent. Quand le doute s’installe.

Ils ont frappé à la porte d’Hérode et des dignitaires religieux. Eux devaient savoir. Le renseignement, ils l’ont reçu : Bethléem en Judée. Mais personne pour les accompagner. Personne pour les guider. Alors l’étoile est réapparue et les a conduits jusqu’à l’enfant de l’Evangile.

Notre vie est un pèlerinage, long ou court. Souvent nous oublions l’étoile. Souvent nous nous égarons. L’étoile est toujours là, mais nous ne levons pas la tête. Trop occupés à accumuler les biens du monde. Nous ne lisons pas l’Evangile capable de réactiver notre lumière intérieure. Nous recherchons l’ombre. Et nous errons.

Nous sommes si près du terme du voyage. Il est temps de chercher l’étoile. Il est temps de retrouver l’enfance évangélique. Il est temps de réapprendre à aimer.

04:38 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.