10/01/2018

Jeudi 11 janvier 2018

Lorsque Jésus, avec la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues et tout le monde faisait son éloge.

Il vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit.

Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : ‘Cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit.’

Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche, et ils disaient : ‘N’est-ce pas là le fils de Joseph ?’ … Tous furent remplis de colère, dans la synagogue, en entendant ces paroles. Ils se levèrent, le  jetèrent hors de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la montagne sur lequel leur ville était bâtie, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. (Luc 14-22…30).

Ils le voulaient semblable à eux. Ils refusaient de reconnaître en lui l’empreinte de Dieu.

On a tendance à rejeter celui qui est différent. On a tendance à mépriser celui qui suit une autre voie. On a tendance à éviter celui qui ose être lui-même.

Pourtant, Jésus n’a fait que lire la Bible (Isaïe 61,1-2).

Ce texte décrit la mission de tous les prophètes. La mission de tous les croyants. Celle de témoigner. Celle de laisser parler l’esprit de Dieu. Celle de guérir, de libérer, de relever, de consoler. Celle d’annoncer une année de bonté et de pardon.

Accueillons cette parole en nous et méditons-la.

12:06 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.