10/01/2018

Mardi 9 janvier 2018

Jésus, voyant une grande foule de gens sur le bord du lac, fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors il se mit à les instruire longuement.

Déjà l’heure était avancée et ses disciples s’approchèrent de lui pour lui dire : ‘L’endroit est désert et il est déjà tard. Renvoie-les, qu’ils aillent dans les fermes et les villages des environs s’acheter de quoi manger.’ Il leur répondit : ‘Donnez-leur vous-mêmes à manger.’ Ils répliquèrent : ‘Allons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter du pain et leur donner à manger ?’ Jésus leur demande : ‘Combien avez-vous de pains ? Allez voir.’ S’étant informés, ils lui disent : ‘Cinq, et deux poissons.’

Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte. Ils s’assirent en rond par groupes de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction, rompit les pains, et il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Tous mangèrent à leur faim. Et l’on ramassa douze paniers pleins de morceaux de pain et de poisson. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes. Marc 6,34-44.

Combien de fois avons-nous fait l’expérience du miracle des pains partagés ?

Combien de fois avons-nous donné le peu que nous possédons ?

Mais souvent nous reportons notre générosité à plus tard. Nous limitons notre bienveillance. Nous étouffons notre bonté. Nous durcissons notre cœur.

La prière a opéré le miracle des pains. Elle a transformé la peur en engagement. Elle a converti l’individualisme en altruisme. Elle a changé l’indifférence en compassion.

Nous possédons une richesse insoupçonnée. Nous avons la capacité de semer la paix et la joie autour de nous. Nous avons les moyens d’éveiller la confiance et l’espérance. Nous avons le pouvoir de semer le bonheur.

Allons-nous renvoyer la foule la faim au ventre ?

11:54 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.