16/06/2015

Mardi 16 juin 2015

Jésus disait à la foule et à ses disciples : ‘Si votre justice n’est pas plus parfaite que celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux…

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.

Et moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être les fils de votre Père qui est dans les cieux, qui fait lever son soleil sur les méchants comme sur les bons, et tomber la pluie sur les justes comme sur les injustes. Car, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains n’en font-ils pas autant ? Et si vous saluez vos frères seulement, que faites-vous d’extraordinaire ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.’ Matthieu 5,43-48.

LIBRAMONT FLEURS BATI VENT 043.JPGRefuser la vengeance. Oublier la rancune. Retrouver la paix intérieure.

Mais en plus, faut-il aimer son ennemi ? Faut-il introduire l’ennemi dans le cercle de ceux que nous aimons ? A égalité. Avec équivalence. Sans retenue. Sans hésitation. Sans restriction. Faut-il vouloir le bien de celui qui nous a blessés ?

C’est là l’exigence de l’Evangile. Aimer son prochain comme soi-même. Même considération. Même respect. Même indulgence. Même pardon. Même bonté.

      Il n’y a plus d’ennemi mais l’égal à soi-même. Avec qui nous pouvons construire la fraternité.

00:00 Écrit par Pol Braconnier dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |