10/12/2017

Dimanche 10 décembre 2017

Commencement de l’Evangile de Jésus Christ Fils de Dieu : Ainsi qu’il est écrit dans le livre du prophète Esaïe : 

Voici, j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer ton chemin.

Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.

Jean le Baptiste parut dans le désert, proclamant un baptême de conversion en vue du pardon des péchés. Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui ; ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en confessant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : ‘Celui qui est plus fort que moi vient après moi, et je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la lanière de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés d’eau, mais lui vous baptisera d’Esprit Saint.’ Marc 1, 1-8.

Jean le Baptiste nous emmène au désert. Etrange idée ! Notre désert à nous est habité, surpeuplé, agité, bruyant, aveuglant. On s’y presse. On s’y bouscule. On y crie. On y vend. On y achète. On y consomme…

Jean, lui, se nourrit de sauterelles et de miel sauvage. Il porte les mêmes vêtements que le grand prophète Elie. La foule veut l’entendre. La foule veut se convertir.

Jean annonce l’arrivée de Jésus, le prophète de Galilée. Il ne baptisera pas avec de l’eau, mais dans l’Esprit Saint.

Le désert devient le lieu de tous les possibles. Le lieu de l’action de Dieu. L’immensité sans frontières où l’Esprit est libre d’aller et de venir. Le nouvel espace de la rencontre de Dieu. Jean nous y invite. Mais il nous faudra changer de vie. Tracer une  route pour accueillir la parole de Dieu. Combler les fossés de notre indifférence. Abaisser les collines de nos résistances. Ne pas craindre le silence et la solitude. Etre disponibles et rencontrer Dieu.

Dieu et l’Homme dans l’immensité du monde. Associés pour toujours.

12:23 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/12/2017

Samedi 9 décembre 2017

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans les synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.

Voyant les foules, il eut pitié d’elles , parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger.

Il dit à ses disciples : ‘La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.’

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Il leur dit : ‘Allez vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est là. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.’ Matthieu 9,35 à 10,1.6-8.

Notre monde est fatigué, épuisé, harassé. Notre monde est égaré, perdu, errant.

Nous sommes comme des brebis sans berger. Ou peut-être passons-nous de l’autorité d’un berger à la domination d’un autre. Faux prophètes. Faux guides. Faux gourous.

Que d’illusions. Que de regrets. Que de déceptions.

Unifions nos forces pour bâtir le Royaume de Dieu. Enthousiasmons-nous pour l’annonce de l’Evangile. Emerveillons-nous de l’action de Dieu.

10:02 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vendredi 8 décembre 2017

Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent, en criant : ‘Aie pitié de nous, fils de David !’

Quand il fut dans la maison, les aveugles l’abordèrent, et Jésus leur dit : ‘Croyez-vous que je peux faire cela ?’ Ils répondirent : ‘Oui, Seigneur.’ Alors il leur toucha les yeux, en disant : ‘Que tout s’accomplisse pour vous selon votre foi !’ Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit sévèrement : ‘Attention ! que personne ne le sache !’ Mais, à peine sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.  Luc 9,27-31.

La guérison à cause de leur foi. Parce que la foi guérit. Parce que la foi est guérison.

Notre foi est centrée sur Dieu. Sur la bonté de Dieu. Sur l’amour de Dieu. Sur l’agir de Dieu.

Dieu que nous rejoignons en nous-mêmes. Dieu qui nous parle dans le silence. Dieu qui nous travaille intérieurement. Dieu qui éclaire nos zones d’ombre. Dieu qui réveille notre joie. Dieu qui ravive notre confiance. Dieu qui donne sens à nos journées.

La foi nous ouvre les yeux. Sur Dieu. Sur les autres. Sur nous-mêmes.

Leurs yeux s’ouvrirent…

09:59 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |