08/10/2017

Vendredi 6 octobre 2017

Jésus disait : ‘Malheureuse es-tu, Korazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, ces villes se seraient déjà converties en faisant pénitence sous le sac et la cendre. C’est pourquoi, au jour du jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous.

Et toi, Capharnaüm, est-ce que tu seras élevée jusqu’au ciel ? Non, tu seras précipitée jusqu’au séjour des morts.

Celui qui vous écoute, c’est moi qu’il écoute ; celui qui vous repousse, c’est moi qu’il repousse ; et celui qui me repousse repousse celui qui m’a envoyé.’ » Luc 10,13-16.

Les lamentations et la consternation de Jésus risquent bien de se répéter aujourd’hui.

Dans quel monde vivons-nous ? Violence. Mensonge. Corruption. Manipulation. Mépris. Calomnie. Domination. Outrage. Meurtre…

Nous sommes restés avec nos doutes. Nous ne croyons pas à l’action de Dieu. Nous contestons la présence de Dieu. Nous hésitons à vivre les Béatitudes (Matthieu 5,3-12).

Les années passent. La vie s’écoule. Nous avons ignoré la grâce de Dieu.

Ne sommes-nous pas l’aveugle guéri. Le paralysé remis debout. Le lépreux purifié. La pécheresse pardonnée ?

Ne sommes-nous pas Lévi, devenu disciple de Jésus. Nicodème, invité à renaître. Zachée, le converti ?

Ne sommes-nous pas conviés à la joie, à la paix, à l’amour ?

Ne sommes-nous pas appelés à ressusciter.

Ouvrons les yeux et laissons-nous toucher par Dieu.

12:30 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/10/2017

Jeudi 5 octobre 2017

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.

Il leur dit : ‘La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.

N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire.

Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le Règne de Dieu est arrivé jusqu’à vous.’ … Luc 10,1-12.

Messagers de la paix. Porteurs de l’Evangile.

Nous n’avons pas besoin d’argent. Ni de valise. Ni de privilèges. Ni de fonction. Ni de monopole.

Petite communauté de disciples. Vivant l’instant dans la disponibilité. Pour l’accueil de l’autre. Pour la méditation et la prière.

L’annonce du Règne de Dieu arrive après l’action. Après avoir témoigné la bonté. Et dans bien des cas, cette annonce est superflue. Le Règne de Dieu est déjà présent dans nos attitudes et dans l’amour déployé.

Témoignage vivant de Dieu. L’Evangile en action.

20:01 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mercredi 4 octobre 2017

Jésus montait  vers Jérusalem. En cours de route, un homme lui dit : ‘Je te suivrai où tu iras.’

Jésus répondit : ‘Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête.’

Il dit à un autre : ‘Suis-moi.’ L’homme répondit : ‘Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père.’

Mais Jésus répliqua : ‘Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le Règne de Dieu.’

Un autre encore lui dit : ‘Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison.’

Jésus lui répondit : ‘Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière, n’est pas fait pour le Royaume de Dieu. Luc 9,57-62.

Jésus était en route vers Jérusalem. Lieu de sa souffrance et de sa mort.

L’homme aussi le suivait.

Vint le moment du doute et du questionnement. De la peur et de l’hésitation.

La route est longue. Les écueils sont nombreux. Les tempêtes se succèdent. La vie est ainsi faite. L’homme est inconstant. Les projets sont dévoyés. La volonté se relâche. Les résolutions sont oubliées. La foi est hésitante.

‘Lève la tête et regarde devant toi’, dit Jésus. ‘Sers la vie. Recherche la joie. Adopte la confiance. Dieu est en toi.’

19:56 Écrit par Pol Braconnier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |